Luc Dubanchet, créateur d’Omnivore

A l’origine d’Omnivore, Luc Dubanchet, journaliste, raconte la création du mouvement, défend le choix des chefs invités sur son festival et évoque le restaurant de demain.
publié le 22.03.2012

Luc Dubanchet, créateur d'Omnivore

Comment est né Omnivore ?

« L’histoire d’Omnivore est d’abord celle d’un combat. Celui-ci naît du constat, au tournant des années 2000, que la gastronomie française n’était plus nulle part. Elle s’était fortement embourgeoisée, sclérosée, alourdie de 10.000 pompes. Elle était sans imagination, certaine de ses acquis et très sûre d’elle. Seuls quelques jeunes sortaient du lot, à l’image de Barbot à l’Astrance, de Jacques Decoret, à Vichy, ou de Gilles Choukroun, et de quelques individualités au-dessus du lot comme Michel Bras à Laguiole, Ducasse, Passard…. Sinon, aucune remise en question! C’était l’époque des bistrots et brasseries, avec leur côté gras et sympathique, mais aucune recherche, aucune audace. Une génération de chefs français a été sacrifiée. Omnivore a suivi et accompagné une renaissance portée par quelques audacieux. »

Ce qui se passait en Espagne qui vous a motivé?

« Pas vraiment car en 2000, on ne savait pas grand chose de l’Espagne. En 2003, il y a cet article du New York Times qui consacre Adrian Ferra et la gastronomie espagnole, établissant sa suprématie sur la gastronomie française. Ce fut le tollé ici, et les chefs ont gueulé. Nous sommes allés voir à San Sebastian ce qui se passait et avons compris qu’effectivement ce qui germait chez nous était en pleine explosion ailleurs. On a pris un stand, et Adrian Ferra, un amoureux de la gastronomie française, nous a encouragé. Nous nous somme positionnés pour la défense d’une cuisine d’auteur, tant chez nous qu’ailleurs. San Sebastian a encouragé la prise de conscience.

Quelle fut l’étape suivante ?

« Moi j’étais un homme de radio, et je me disais qu’il fallait absolument créer un event. J’ai pensé à un festival sur la Jeune cuisine, avec démonstration et présence de chefs. J’ai cherché une ville. Ce n’était pas évident car je n’avais pas un franc, et zéro légitimité. Finalement, on a monté ce festival au Havre, et toute une série de grands noms sont venus : Adrian Ferra, Bras, Fulvio Pierrangelini, Redzepi, Ducasse…. Le festival s’est monté avec deux fois rien, puis s’est déplacé l’année suivante sur Deauville. Nous y sommes restés jusqu’à l’année dernière. »

Quels chefs invitiez-vous ?

« Ceux qui prennent des risques. Des gens sincères, honnêtes, audacieux. Des gens qui ont une identité, un discours. Des gens qui portent le projet d’inventer le restaurant de demain. Ce festival est devenu un lieu de rencontres et de débats. Il n’y a qu’une cuisine que je n’aime pas : celle qui est figée dans ses certitudes. »

Pourquoi quitter Deauville ?

« Dès le départ, nous avons ouvert notre projet à des chefs étrangers. Ils ont commencé à nous dire : « venez chez nous ». On s’est dit : « pourquoi pas ? ». L’idée de l’Omnivore World Tour est né ainsi. A partir du moment où nous faisions Genève, Moscou, Bruxelles, Shanghai, etc., Paris devait être sur notre route. D’autant que Paris est une ville où les choses ont fortement changé en dix ans ! Je précise que notre combat a été aussi porté par une revue, Omnivore, et une série de guides. »

René Sépul

 

publié le 22.03.2012


Livre Mange Bruxelles
22 restaurants, 83 invités et 200 recettes qui racontent les meileures tables de Bruxelles

Quand légume « moche » ne rime pas forcément avec goût!
Les légumes moches mis en avant dans la grande distribution, ou comment faire du bruit avec rien!


Dernière ligne droite pour profiter des moules de Zélande
La saison des moules de Zélande arrive à son terme. Pour en profiter dignement jusqu’à la fin, découvrez ces quelques créations de Patrick Vandecasserie de chez De Mayeur à Ruysbroek.


Leonidas, Histoire de guillotine et de voyage
Claude Sénèque, maître chocolatier de la maison Leonidas, présente ces vendredi et samedi un Petit cœur de framboise moulé, dessert plutôt dans l’air du temps avec la Saint Valentin qui s’annonce.


Aujourd'hui, Salon du chocolat, clap première.
Premier jour du salon du Chocolat et début des démos de grands chefs reconnus et autres chocolatiers de renom.


Mange Wallonie : un cadeau idéal pour Noël

Mange Wallonie est le livre idéal à offrir pour Noël pour tout gourmand qui se respecte. Il contient tout ce que la Wallonie a de meilleur à offrir dans votre assiette.



Eurostar innove pour ses voyageurs Business Premier avec un afternoon tea
Eurostar lance son Afternoon tea imaginé par son directeur culinaire, le chef Raymond Blanc, deux étoiles au Guide Michelin. Depuis un an, l’entreprise ferroviaire et le célèbre chef travaillent ensemble pour proposer aux voyageurs Business Premier un service de restauration de qualité.


Bra, nouvelle association pour défendre une certaine idée de notre gastronomie
Bra, c'est une nouvelle association visant à défendre la gastronomie belge et toute la profession en Belgique. Voici un bref aperçu de l'ambition de cette association.

Copyrights Wonderweb sprl 2004 - 2012