Bra, nouvelle association pour défendre une certaine idée de notre gastronomie

Bra, c'est une nouvelle association visant à défendre la gastronomie belge et toute la profession en Belgique. Voici un bref aperçu de l'ambition de cette association.
publié le 30.10.2013

Bra, pour « Belgian Restaurant Association », c’est aujourd’hui la réunion de trente chefs de renom, issus des trois régions du pays, pour défendre un savoir-faire et une profession en péril. Ces membres fondateurs lancent un appel à certains patrons de restaurants et brasseries du pays pour les rejoindre. Leurs principaux objectifs sont de faire entendre la voix d’un secteur éprouvé par la crise, menacé par une série de mesures fiscales, sociales et réglementaires. Ils insistent également sur l’amélioration des conditions de travail ainsi que sur la nécessaire mise en œuvre de mesures participant à la reconnaissance de leur savoir-faire.


La Belgian Restaurants Association veut défendre l’identité d’un secteur important pour l’économie belge. Sa présidence est assurée par le chef doublement étoilé Yves Mattagne. Lors de la conférence de presse, ce gastronome de belle réputation a déclaré qu’ « il est grand temps que les restaurateurs du pays se fédèrent pour lancer un signal d’alarme. Mettons-nous autour d’une même table pour parler d’une seule voix et réclamer un réel soutien du gouvernement ».

« Chaque jour, un restaurant ferme ses portes, poursuit Franck De Meulder, le vice-président de la Belgian Restaurants Association. C’est préoccupant. Nous voulons assurer la viabilité d’un secteur qui génère des dizaines de milliers d’emplois. » Phrase forte mais un brin exagérée, le même communiqué annonçant sur la même page une cinquantaine de fermetures sur l’année.

Il n’empêche, le secteur souffre. Même les maisons qui tournent bien avouent leurs difficultés. « Quand je vois comment nous marchons, complets à peu près tous les soirs, avec une équipe réduite de dix personnes pour une maison doublement étoilée, avec les menus sans doute les moins chers du pays pour un restaurant doublement étoilé, je me demande comment les autres font. Notre secteur a des particularités qui méritent d’être reconnues davantage. Je viens de devoir fermer quelques semaines pour remplacer mes cuisines, et bien, il m’était impossible de mettre mon personnel en chômage technique : soit je les licenciais, soit je devais trouver des solutions de rechange qui m’ont pris un temps et une énergie inimaginables. »

« Nous ne sommes pas contre certaines mesures, notamment le principe de la black box (nouvelles caisses enregistreuses) », reprend Eric Martin, étoilé chez Lemonnier. « Mais nous réclamons certaines adaptations au niveau des horaires et de nos modes de fonctionnement. Un jour de tempête comme aujourd’hui (ce lundi ndla) ou de neige, je peux voir s’annuler toutes les réservations. Dans ce cas, je ne travaille pas, tout a été préparé, mais je dois aussi payer mon personnel. Certains métiers ont des facilités dans ces situations extrêmes. Les charges sociales doivent être adaptées et nous aimerions aussi pouvoir jouer sur les horaires.»

Les membres du BRA revendiquent leur spécificité. Leur association se veut un groupe de pression fort et organisé, fédérant les intérêts de tous les restaurateurs à l’échelle du pays. Rapidement, la Belgian Restaurants Association compte pouvoir compter en ses rangs sur plus de 500 chefs ou patrons de restaurants, un objectif réalisable même si l’on se demande quels seront les critères d’admissions. Les initiateurs du projet restent vagues sur ce point. « Nous nous ouvrons à tous les chefs qui partagent un savoir-faire et une recherche de qualité. Ne travailler que du frais semble une évidence. Et travailler du frais, cela réclame de la main d’œuvre. Les maisons qui nous intéressent se reconnaîtront dans la démarche », réagissent Eric Martin et Pierre Résimont.

 

René Sépul

 

publié le 30.10.2013


Livre Mange Bruxelles
22 restaurants, 83 invités et 200 recettes qui racontent les meileures tables de Bruxelles

Quand légume « moche » ne rime pas forcément avec goût!
Les légumes moches mis en avant dans la grande distribution, ou comment faire du bruit avec rien!


Dernière ligne droite pour profiter des moules de Zélande
La saison des moules de Zélande arrive à son terme. Pour en profiter dignement jusqu’à la fin, découvrez ces quelques créations de Patrick Vandecasserie de chez De Mayeur à Ruysbroek.


Leonidas, Histoire de guillotine et de voyage
Claude Sénèque, maître chocolatier de la maison Leonidas, présente ces vendredi et samedi un Petit cœur de framboise moulé, dessert plutôt dans l’air du temps avec la Saint Valentin qui s’annonce.


Aujourd'hui, Salon du chocolat, clap première.
Premier jour du salon du Chocolat et début des démos de grands chefs reconnus et autres chocolatiers de renom.


Mange Wallonie : un cadeau idéal pour Noël

Mange Wallonie est le livre idéal à offrir pour Noël pour tout gourmand qui se respecte. Il contient tout ce que la Wallonie a de meilleur à offrir dans votre assiette.



Eurostar innove pour ses voyageurs Business Premier avec un afternoon tea
Eurostar lance son Afternoon tea imaginé par son directeur culinaire, le chef Raymond Blanc, deux étoiles au Guide Michelin. Depuis un an, l’entreprise ferroviaire et le célèbre chef travaillent ensemble pour proposer aux voyageurs Business Premier un service de restauration de qualité.

Copyrights Wonderweb sprl 2004 - 2012